A à Z du Photographe

Pour participer aux échanges n'oubliez pas de vous connecter ou de vous inscrire comme membres de ce forum.
Merci d'avance
Photographix

Après votre connexion n'hésitez pas à poser votre question sur la prise de vue, la qualité de votre photo ou sur l'utilisation de votre matériel, la plupart du temps une réponse sera apportée !
A à Z du Photographe

L'échange, le partage, la progression...


  • Répondre au sujet

[Débutants] Chapitre 4 : le contrôle d'exposition assisté.

Partagez
avatar
Lionel
Fondateur

Age : 36

Sexe : Masculin

Date d'inscription : 15/08/2011

Messages : 5659

[Débutants] Chapitre 4 : le contrôle d'exposition assisté.

Message par Lionel le 21/5/2014, 02:36

CLIQUEZ ICI POUR RETOURNER AU SOMMAIRE DES TUTORIELS



Bonjour.

A présent, vous connaissez la base de l'exposition par les outils qui la composent :

- L'ouverture du diaphragme
- La vitesse d'obturation
- La sensibilité ISO

Après l'étude du chapitre 3, et surtout si vous avez réalisés l'exercice que je vous invitais à faire à la fin, vous avez pu voir comment se faisait une photo par le biais des outils de l'exposition participant à son influence.

Mais le mode manuel qui est le seul mode permettant cet accès n'est pas si simple n'est-ce pas ?


1) Les pilotages automatiques et la cellule.

Dans tous les cas, j'attire votre attention sur le fait que votre appareil est toujours doté d'un posemètre (appelé aussi "cellule" ou encore "spotmètre") qui effectue une mesure quant à l'exposition nécessaire à avoir en fonction de la lumière ambiante. Quelque soit le mode utilisé, même le mode manuel, cette mesure s'exprime par l'indicateur d'exposition comme nous avons vu à la fin du précédent chapitre. C'est juste que, dans le cas où nous sommes en mode "M", l'appareil n'adapte pas les paramètres de l'exposition : c'est à vous de le faire.

C'est pourquoi, au vu des difficultés, les constructeurs ont mis en place un pilotage automatique permettant d'auto réguler l'exposition : c'est le mode que nous tous connaissons. Impossible de faire plus simple : AUTO ! Il est même indiqué d'une autre couleur pour se distinguer facilement des autres modes !
Ils ont même avancé ces dernières années en proposant en plus ce que nous appelons les modes "Scènes" qui consistent tout bonnement à préciser à votre appareil photo la situation dans laquelle vous êtes afin que lui s'adapte à cette situation. Exemple : "Paysages", "Contre Jour", "Enfants"...
Contrairement au mode automatique dont l'appareil ne savait rien de la situation, il est vrai que les modes scènes peuvent bénéficier d'un certain intérêt. Il n'en démord pas moins que la créativité en prend un coup, car si nous avons indiqué à l'appareil la situation où nous étions, nous nous retrouvons une fois de plus avec un pilotage entièrement automatique ce qui fait que nous ne savons rien de comment notre prise de vue va être effectuée. L'appareil décidera pour nous chacun des paramètres de l'exposition et pour des raisons encore inconnues à ce stade, certaines photos auront une apparence plutôt comme ceci ou comme cela. Les modes scènes sont à conseiller pour les personnes sans connaissance pour de meilleurs résultats que le mode "Auto", mais ne sont pas du tout utilisés par les personnes réellement débutantes en photographie.


2) Le fonctionnement du mode automatique.

Le mode automatique fonctionne de la façon suivante :

1 - Il commence par régler l'ouverture du diaphragme en ouvrant généralement au maximum (sauf si l'on se trouve dans des conditions de luminosité très intenses). Cela nous donne un f suivi du plus petit chiffre (conférence au précédent chapitre sur l'ouverture du diaphragme).
Ceci lui permet de s'assurer d'avoir un bon minimum de luminosité grâce au diaphragme.
2 - Ensuite, il réduit la vitesse d'obturation en trouvant le compromis pour avoir suffisamment de luminosité sans que la vitesse créé un flou de bouger.
3 - Ensuite, si ce n'est pas suffisant, il va amplifier le capteur numérique (augmentation de la sensibilité ISO) ce qui, selon l'augmentation et selon les performances de l'appareil peut amener à créer le bruit numérique dont nous parlions en chapitre précédent.
4 - S'il n'a toujours pas assez de lumière, ce qui est souvent le cas, il enclenche son flash incorporé ce qui pose de sérieux problèmes (ne les abordons pas pour le moment).


3) Le mode programme :

Il doit pourtant bien exister quelque part un système intermédiaire permettant d'éviter le tout ou rien (pilotage automatique ou tout en manuel).  scratch 
En effet, sur les appareils suffisamment évolués, différents modes de prise de vue existent et permettent un accès différent aux outils de l'exposition précédemment étudiés. Quelle différence ? Un des modes permet d'accéder uniquement à l'outil de l'ouverture du diaphragme, un autre mode permet d'accéder uniquement à l'outil de la vitesse d'obturation, et même sur certains appareils un mode permet d'accéder uniquement à la sensibilité ISO.
Pourtant, lorsque l'on commence à sortir du mode automatique, contrairement à l'idée que l'on pourrait se faire, aucun de ceux-là n'est le mode le plus facile pour contrôler l'exposition. Chacun progresse différemment, mais voici le mode conventionnellement le plus simple après le mode automatique.

Choisir les paramètres de l'exposition tout en étant assisté par l'appareil est caractéristique du mode "P". P comme "programme". Et ça tombe bien, puisque c'est son nom : "le mode programme".


Quelque soit la marque de votre appareil, le mode "P" apparaît sur le sélecteur de mode de prise de vue. On voit les modes experts "PSAM" encadrés ou bien appart en tout cas.

Le posemètre intégré effectue sa mesure de l'exposition et l'appareil propose lui-même une ouverture de diaphragme ainsi qu'une vitesse d'obturation sans qu'on ne lui ai rien demandé, ni rien indiqué.

Mais alors c'est fait automatiquement ? Oui et non ! La cellule effectue toujours une mesure, et vous voyez les outils de l'exposition se mettre automatiquement en place au moment de la prise de vue, mais ce qui va différencier, c'est que vous allez pouvoir changer les outils de l'exposition en conservant automatiquement la proportionnalité.  :pouce levé: 

A ce titre : souvenez-vous que l'on peut obtenir une même exposition avec un diaphragme un peu plus ouvert et une vitesse un peu plus rapide, ou bien un diaphragme un peu moins ouvert et une vitesse un peu plus lente chacun apportant de la lumière à son niveau.
Seulement, en cas de changement d'un paramètre précis de l'exposition (par exemple la vitesse d'obturation), nous ne savons pas actuellement faire le calcul permettant l'adéquation de l'exposition. Nous avons certes l'indicateur d'exposition comme vu à la fin du précédent chapitre, mais c'est long et puis ça peut en rebuter plus d'un.
Prenons un cas précis : si l'exposition est bonne mais que la vitesse d'obturation n'est pas assez rapide compte tenu du fait qu'elle doit être plus rapide que l'inverse de votre distance focale (comme étudié au précédent chapitre  study ), augmenter la vitesse c'est bien, mais ça va engendrer un déséquilibre de l'exposition : clairement nous allons avoir moins de temps pour faire rentrer la lumière et donc un risque imminent de sous exposition. En effet, nous pouvons compenser en utilisant un diaphragme plus ouvert, mais nous ne savons pas à combien exactement faut-il l'ouvrir pour effectuer l'adéquation.

Avec le mode programme, contrairement au mode manuel, vous êtes assisté.  :clin d\'oeil:  Si la cellule de votre appareil effectuant sa mesure place les outils de l'exposition par exemple sur f/5.6 + 1/500ème (souvent le 1/ n'est pas mentionné) + 100 ISO. Vous allez pouvoir changer les paramètres de l'exposition sans changer l'exposition puisque vous conserverez la même adéquation ! A ce moment là , en appuyant sur les touches (voir le manuel de votre appareil), vous allez changer les outils de l'exposition !

A noter que compte tenu de la mesure effectuée par la cellule, même si vous restez avec votre appareil posé sur une table mais que la lumière ambiante change (ou que vous changez l'orientation de votre appareil), les paramètres bougeront automatiquement. Rien ne bougera si la luminosité perçue par la cellule ne change pas (sauf en cas d'appui sur les touches).


4) La sensibilité ISO sur les modes.

En utilisant le mode programme, vous constaterez que souvent les paramètres (ou les outils si vous préférez) de l'exposition que l'on change sont l'ouverture du diaphragme et la vitesse d'obturation. Où est donc passée la sensibilité ISO ?
Des éléments peuvent évoluer d'un appareil à l'autre, mais généralement, la sensibilité ISO se règle séparément quelque soit le mode utilisé au sein des modes experts. Si cette dernière est placée sur ISO AUTO, alors la sensibilité ISO évoluera elle aussi en fonction de la mesure effectuée par la cellule de votre appareil.
Si par contre, vous choisissez de régler l'ISO manuellement, il restera à la dernière valeur que vous lui avez donné. Si par exemple, vous avez mis 400 ISO, il restera sur 400 ISO. Et vous pourrez poursuivre le changement de l'exposition via le diaphragme et la vitesse toujours attachés proportionnellement l'un à l'autre grâce au mode "P".

En cas du choix d'adoption d'un ISO Auto, sachez que pour tous les modes experts dont le mode "P", que vous pouvez régler les valeurs minimales et maximales de sensibilité. Si par exemple, vous savez que votre appareil tient bien jusqu'à 1600 ISO, vous pouvez programmer une plage d'un minimum de 100 (ou de 200 selon les caractéristiques de votre appareil  study ) et d'un maximum de 1600 ou même 800 afin d'éviter le bruit encore mieux. Ceci vous permettra de conserver un contrôle sur la sensibilité en conservant son côté "Joker" tout en s'épargnant du bruit numérique.  :regard sourire 


5) La correction d'exposition sur les modes.

Prenons un cas de figure : vous photographiez un chien noir dans un paysage bien éclairé. La cellule estime une certaine exposition : dès que vous allez prendre votre photo en faisant la mise au point bien sur les yeux du chien, vous serez déçu par votre photo car le noir est toujours difficile à photographier. Vous allez donc bouger les paramètres, mais attention ! Ils bougent sur une exposition constante.

Vous allez vous dire : "Mais saperlipopette ! Les paramètres sont toujours influencés par la cellule et si on a besoin de cette influence, elle nous ennuie profondément en sous exposant ce chien noir !". Comment faire si elle se trompe ou si nous souhaitons une photo plus exposée ou moins exposée ?  :melangerlespin 
Tous les modes expert de prise de vue proposent la possibilité d'appliquer un correctif selon notre bon vouloir. Un correctif qui va permettre d'assombrir ou au contraire d'éclairer davantage notre photo pendant la prise de vue. C'est ce que nous appelons "la correction d'exposition".
Augmentez la correction d'exposition à + 0,3 + 0,7 + 1.0 ou encore plus... Peu importe les chiffres que cela signifie pour le moment.  :bonhommedeneig Le paysage sera un peu surexposé mais vous verrez mieux les détails dans les ombres et le chien noir sera bien mieux exposé sur la photo !

Posez toutes questions sur ce 4ème chapitre. Citez les passages, expliquez ce qui vous pose problème, faites vos remarques (etc...).

Cordialement.


CLIQUEZ ICI POUR RETOURNER AU SOMMAIRE DES TUTORIELS


Dernière édition par Lionel le 6/8/2014, 13:10, édité 1 fois (Raison : 06-08-14 Ajout des liens au sommaire.)


__________________________________________________________________________________________________
MON MATERIEL POUR LE NUMERIQUE :

Reflex Olympus E-5 + Zuiko PRO 14-54mm 2.8-3.5 II + Zuiko PRO 50-200mm 2.8-3.5 II SWD + Zuiko PRO 50mm macro f/2 + Zuiko TOP PRO 35-100mm f/2 + Doubleur de focale Olympus EC-20 + Tube d'allonge Olympus EX-25 + 2 Flashs cobra Olympus FL-36R avec support double flash Olympus + Viseur d'angle Olympus VA-1.
100% tropicalisé à l'exception des lampes flashs !

Et bien d'autres matériels : trépieds et pieds d'éclairages, parapluie, triggers, réflecteurs, mini soft box, optiques standards, etc...
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est 23/6/2017, 15:45