A à Z du Photographe

Pour participer aux échanges n'oubliez pas de vous connecter ou de vous inscrire comme membres de ce forum.
Merci d'avance
Photographix

Après votre connexion n'hésitez pas à poser votre question sur la prise de vue, la qualité de votre photo ou sur l'utilisation de votre matériel, la plupart du temps une réponse sera apportée !
A à Z du Photographe

L'échange, le partage, la progression...


  • Répondre au sujet

[Flash complémentaire] Olympus FL-300R.

Partagez
avatar
Lionel
Fondateur

Age : 36

Sexe : Masculin

Date d'inscription : 15/08/2011

Messages : 5659

[Flash complémentaire] Olympus FL-300R.

Message par Lionel le 21/11/2013, 01:12



Longueur : 56,4mm, Hauteur : 89,2mm, Profondeur : 26,9mm. Masse sans piles : 97 grammes.
Olympus n'a pas seulement proposé des flashs cobras. Je me souviens également des modèles genre FL-14 ou FL-20. Ces flashs complémentaires alimentés par piles (LR03 pour celui-ci) ont connu une absence totale de succès avec d'un côté, des utilisateurs lambdas qui se contentaient du flash intégré, et de l'autre côté, des amateurs de photographie souhaitant de réelles performances en un produit sérieux.

Le Olympus FL-300R fonctionne avec des piles LR03.
Le FL-300R ici étudié est en fait le successeur du Olympus FL-20. Le Olympus FL-20 n'avait pas du tout passionné les photographes en raison d'absence de nombreux points. Certes, proposé environ à 150€ chez Darty il était moins cher que ses supérieurs FL-36 et FL-36R mais bougrement moins intéressant sous bien des aspects.
L'Olympus Camedia FL-20 : le prédecesseur du Olympus FL-300R.
La gamme de appareils photos numériques d'Olympus évoluant, la firme Nipponne a donc été dans l'obligation de sortir de nouveaux flashs comme par exemple le FL-600R qui remplace le FL-36R.
Tout d'abord, qu'on se le dise de suite : si vous voulez un bon flash, il faut mettre le prix ! Là, le prix n'y est pas, et Olympus a du faire travailler ses méninges, en nous cachant bien de nous présenter le successeur du FL-20, tout comme le non renouvellement de leurs très bons FL-50R mais qui, à cause de leurs prix, n'avaient franchement pas bien marchés, les gens préférant souvent les flashs Metz compatibles.
Tout d'abord l'apparence : malgré le côté métallique, je ne fais aucunement confiance à la bascule. Cela conserve néanmoins le mérite, contrairement à son prédécesseur, de pouvoir être un minimum orientable même si c'est tout le corps qui doit bouger, la tête du flash restant fixe. De plus, cette rotation ne peut se faire que dans le sens vertical.
Comme vous pouvez le voir sur cette illustration, l'axe de rotation est exclusivement vertical.
Comme tout flash, utilisé directement sur l'appareil, la lumière ne sera pas intéressante mais comme là nous avons la possibilité de l'orienter contre le plafond, cela nous fait tout de même un plus non négligeable.
Maintenant, concernant la puissance, ne vous fiez pas au nombre guide indiqué de 28 sur le site constructeur car il est basé sur 200 ISO. En effet sur 100 ISO (coefficient d'1.4), il conserve pile poil la même puissance que le FL-20 à savoir un nombre guide maxi de 20.
Alors, souvent utilisé avec les caméras Olympus sans miroir (hybride) dont le flash ont tous un nombre guide de 7 sur 100 ISO, cela correspond à peu près à 3 fois la puissance. Mais si vous regardez le nombre guide indiqué par une caméra reflex genre E-420/520/620, le nombre guide sur 100 ISO est déjà de 12. Dans ce cas, s'il est utilisé sur un reflex, sa puissance devient tout bonnement ridicule ne permettant même pas de la doubler alors que les FL-36, et FL-36R eux non seulement la doublent, mais même la triplent : c'est dans ces cas là que l'on peut parler d'une puissance standard.
N'oublions pas que le calcul de la portée de l'éclair d'un flash ne se fait pas seulement par une formule, mais qu'en cas d'éclairage indirect, le flux de lumière renvoyé étant plus faible que le flux émis par le flash, on a besoin davantage de puissance, pour ne citer que cela. J'aurais pu aussi parler du rapport entre la puissance et le rechargement de la jauge.
Outre son manque de puissance, son problème relève aussi de l'impossibilité de pouvoir envoyer de brefs éclairs au-delà de la limite de synchronisme de l'obturateur de votre appareil numérique. En effet, ce flash ne dispose pas de fonction super TTL (appelé FP TTL sur Olympus). Par conséquent, alors qu'en pleine journée on peut avoir besoin d'un bref éclair pour déboucher une petite ombre toute proche de nous, votre obturateur qui a besoin d'une vitesse élevé compte tenu du flux de lumière rentrant, va se bloquer à sa limite de synchronisme faisant surexposer le cliché.
J'accorde cependant le fait que par exemple pour du portrait, on ne se sert pas d'une fonction dépassant la limite de synchro flash. Nombreux sont les Olympus PEN a avoir une limite d'1/160ème de seconde, alors que l'on utilise des vitesses plus lentes que cela.
Dans le cas d'une séparation de ce flash à la caméra (voir mon tutoriel "Comment séparer le flash de la caméra"), le système "wireless" (à savoir le pilotage sans fil) est très à la mode de nos jours même si Canon se refuse toujours à accepter cette fonction pour leurs reflex d'entrées de gamme (EOS 1100D). Donc Olympus a choisi de mettre cet argument de pilotage sans fil en avant.
Certes, l'appareil compatible avec de nombreux sans miroirs et de nombreux reflex Olympus, permet de pouvoir être piloté à distance au moyen de notre petit flash incorporé. C'est un grand progrès par rapport à son prédécesseur FL-20 et contribue à mieux crédibiliser le produit.
Mais alors que tout semblait joli (trop sans doute), 2 problèmes se posent :
1 - La méthode de communication via wireless nous impose d'être en ligne de vue avec la cellule du flash portatif. Celle-ci est placée sur l'avant du flash. Or, comme nous l'avons déjà vu, la tête de flash est fixe, et son corps ne peut bouger que sur un axe vertical. Et quand bien même si ce dernier proposait d'être axé sur le sens horizontal, cela ne changerait rien au fait que cela nous renvoie tout de même l'émission de l'éclair contre nous. C'est pour ça qu'il est important de bien avoir un flash comportant une tête rotative aussi bien à la verticale qu'à l'horizontale de façon à pouvoir axer la cellule en ligne de vue par rapport à notre petit flash incorporé, et en même temps, d'axer la tête du flash à l'endroit où nous voulons que la lampe flash envoie son éclair.
Si vous tournez le trépied, ou bien le lieu de l'éclair ne sera plus au bon endroit, ou bien la cellule ne sera plus en ligne de vue. Il va donc falloir être inventif ! Et pas question de penser à utiliser un déclencheur à distance car le flash n'a pas de mode manuel : cela le déclencherait systématiquement à 100% de sa puissance !


Mêler ligne de vue avec tête fixe, on a clairement un risque de recevoir la sauce contre soi.
2 - Il est impossibilité de pouvoir mettre ce flash dans une boîte à lumière puisque sa tête reste plate et non avancée comme un cobra. Alors que nous avons besoin d'agrandir la source de lumière, comment lui mettre une simple petite softbox ?
Certes, ce problème ne se pose pas dans le cas de l'utilisation d'un parapluie, mais là, on en revient au manque de puissance du NG 20 quant on pense que le parapluie réflecteur nous fait perdre beaucoup de puissance par l'éclairage indirect.
En revanche, cette même fonction sans fil permet de trouver une solution au fait que ce flash ne dispose pas d'un mode manuel. En effet, on peut passer ce problème grâce à la communication "wireless", de par le fait de pouvoir grâce aux menus intégrés à votre caméra numérique Olympus de pouvoir placer ce flash en un mode manuel. Vous pouvez le fractionner exactement comme avec un vrai flash cobra ! L'interface de votre appareil ne change point. Donc vous pouvez tenter tant bien que mal de le fractionner (de combien : mystère ! confused  ). Enlever des fondamentaux en laissant une précision. Déshabiller Pierre pour habiller Paul quoi...
Les menus de votre appareil Olympus permettent de choisir entre une fonction TTL ou manuelle.
Points positifs :
- Pilotage sans fil,
- Corps orientable verticalement,
- Compatibilité avec XZ, PEN, OM-D, et reflex Olympus
Points négatifs :
- Tête fixe,
- Manque de puissance,
- Absence de mode manuel (trigger inutile),
- Impossibilité de dépasser la vitesse de synchronisme de votre obturateur,
- Impossibilité d'entrer votre distance focale afin d'axer l'angle de champ de l'éclair,
- Impossibilité de travailler avec des modificateurs de lumière,
- Qualité de fabrication restant à prouver malgré la finition métal.


Conclusion :
Véritable attrape nigaud, ce système ne pourra pas permettre une pratique harmonieuse du flash car du début à la fin, il n'a pas été conçu pour ça. Sans tête rotative, sans mode manuel, sans assez de puissance, sans super TTL, le rapport qualité/prix d'environ 150€ est en réalité moins intéressant que son supérieur le FL-600R qui lui, reste un vrai flash.
Une fois de plus, le temps démontre que la mode ne change point les lois physiques et ce qui a déjà fait ses preuves : les bases. Mettre en avant la firme, le caractère compact, le pilotage possible sans fil n'annule point la base nécessaire pour bien utiliser un flash portatif.
Si vous êtes sur Olympus et que vous voulez un vrai flash, en neuf voyez le FL-600R, et en occasion le FL-36R. Là c'est du vrai !
Cordialement.


__________________________________________________________________________________________________
MON MATERIEL POUR LE NUMERIQUE :

Reflex Olympus E-5 + Zuiko PRO 14-54mm 2.8-3.5 II + Zuiko PRO 50-200mm 2.8-3.5 II SWD + Zuiko PRO 50mm macro f/2 + Zuiko TOP PRO 35-100mm f/2 + Doubleur de focale Olympus EC-20 + Tube d'allonge Olympus EX-25 + 2 Flashs cobra Olympus FL-36R avec support double flash Olympus + Viseur d'angle Olympus VA-1.
100% tropicalisé à l'exception des lampes flashs !

Et bien d'autres matériels : trépieds et pieds d'éclairages, parapluie, triggers, réflecteurs, mini soft box, optiques standards, etc...

Invité
Invité

Re: [Flash complémentaire] Olympus FL-300R.

Message par Invité le 23/11/2013, 20:19

Ah et bien merci Lionel pour ce compte-rendu détaillé.
C'est vrai que c'est très bizarre ce choix de bascule complète de tout le corps du flash. J'imagine assez le photographe, nez collé au boîtier et avec le flash collé à son front :melangerlespin 

€150 pour ce flash me paraît être un prix excessif.
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est 20/8/2017, 02:23